Compte-rendu de la soirée networking du 22 février : « valoriser les compétences des expatriés » Partie 3 : Le pitch personnel

Comment affiner son « pitch personnel » face à des recruteurs, dans des entretiens professionnels ou des réunions d’affaires ?
L’enjeu est de construire une marque personnelle cohérente, attractive et différenciatrice par rapport à d’autres candidats, tout en valorisant les acquis de l’expatriation.

Pour reprendre les catégories identifiées dans l’article précédent consacré aux recommandations et mots-clés sur LinkedIN, retenez les proportions suivantes : 70% de compétences managériales, 20% de savoir-être, et 10% pour la personnalité. Imaginez un profil en forme de pyramide : au sommet, ce que l’on remarque en premier, ce qui vous rend singulier, voire irremplaçable. Dans la partie centrale, votre style relationnel, de plus en plus important au fur et à mesure que vous vous élevez en séniorité, et enfin les compétences managériales.  Vos capacités à écouter, comprendre, s’adapter, transmettre, découvrir, sont des atouts précieux.

Face à des recruteurs tentés de vous enfermer dans le stéréotype de l’expatrié qui est parti “prendre des vacances au soleil”, vous devrez vous exercer au petit jeu du retournement sémantique. De quoi s’agit-il? Jean Cocteau l’avait résumé en une formule : “ce que l’on te reproche, cultive-le : c’est toi”.

IMG_0634

Si l’on vous dit “instable” parce que vous avez changé trois fois de pays en dix ans, transformez ce pseudo point faible en “adaptable”, ou faites-valoir les éléments de continuité : “c’est vrai, j’ai travaillé dans trois pays différents, mais toujours pour la même entreprise, ce qui m’a permis d’appréhender mon métier sous des angles différents”. Si l’on vous reproche (en général, de manière indirecte, sous-entendue) un manque de loyauté envers votre culture d’origine, abordez franchement la question des valeurs. Expliquez comment l’éloignement amène en général à prendre conscience de son attachement à cette même culture, qui n’est plus un “fait acquis”. Si votre interlocuteur semble craindre une trop grande autonomie, surlignez d’un grand trait de jaune fluo votre agilité relationnelle et votre capacité à vous adapter à des environnements variés. Après tout, l’agilité est on ne peut plus tendance : appropriez-vous ce mot, et puisque chacun y met à peu près ce qu’il veut, enveloppez-en toutes vos compétences interculturelles acquises au prix d’un gros effort d’adaptation. Le recruteur méfiant voit-il en vous un “risque-tout”? Évoquez au contraire votre maîtrise des risques, votre prudence, votre capacité à rebondir et l’expérience acquise.

En un mot, rusez : rassurez, sans pour autant trahir celui ou celle que vous êtes devenus. Montrez combien votre leadership interculturel et votre agilité sont des atouts dans un monde VICA (Volatile, Incertain, Complexe et Ambigu).

Nous reviendrons très largement lors des prochains ateliers et webinars sur ce sujet de la marque personnelle. D’ici-là, vos suggestions et commentaires sont bienvenus.


La boîte à idées pour la /les prochaines soirées et les groupes de travail en ligne :

Le but de cette boîte à idées est de construire les prochains ateliers Asianoveo en abordant des sujets auxquels vous êtes sensibles et de travailler autour de problématiques autour desquelles vous êtes confrontés dans votre parcours de mobilité vers l’Asie.

Parmi les souhaits exprimés le 22 février, notons :

Carrière/Expatriation (in-out)

  • Valoriser son expérience en Asie pour trouver du travail en France (suite de l’atelier du 22-02)
  • Construire son projet personnel ou professionnel, sous les angles “pays” ou “région”
  • Les retours d’expatriation
  • Des formations à l’interculturel
  • L’humain et ses besoins (au retour, au départ,)
  • Préparer son entretien d’embauche au retour
  • Networking pour trouver un emploi dans l’interculturel
  • Pays

  • Introduction à un pays
  • Business

  • Où et comment prospecter (les marchés asiatiques)
  • L’intégration des startups en Asie
  • Trouver des personnes qui souhaitent créer un business en Indonésie
  • Trouver des ONG en Indonésie, ou en France mais avec des missions en Indonésie
  • Accompagner des entreprises françaises en Asie du Sud-Est : quel type de structure
  • Organiser des rencontres avec des RRH d’entreprises françaises ou asiatiques
  • “Un jour, un thème, un pays”
  • Conseils pratiques sur les visas
  • Dès le prochain atelier nous commencerons donc à aborder les sujets qui ressortent de cette boîte à idées, notre prochaine soirée networking est le 23 mars, au Falstaff (Bastille).

    L’événement Facebook  : Atelier Networking Asianoveo #4 / 23 Mars

    (www.asialyst.com)

    Robert de Quelen, directeur d’Asianoveo